Avez-vous rêvé un jour d’un bateau partant à la conquête du nettoyage des océans ? Ou de rendre notre jolie planète bleue plus verte ? Ce défi est en cours de création et c’est le grand navigateur Yvan Bourgnon, recordman de différents défis en mer, en solitaire et sans assistance GPS qui est en train de réaliser son nouveau rêve. Concevoir un navire hauturier nommé ‘Le Manta’ de 70 mètres de long sur 49 mètres de large et 61 mètres de hauteur, capable de collecter et de traiter en masse, les déchets océaniques et les macro-plastiques flottants avant qu’ils ne se décomposent et disparaissent dans l’eau. Ce bateau sera équipé de tapis roulants et d’une pyrolyse embarquée afin de traiter et recycler les plastiques récupérés à bord ! Un bateau innovant et puissant puisque pour naviguer en autonomie en mer, il sera équipé de panneaux solaires et de deux éoliennes.

Membre Observateur de l’ONU Environnement, et soutenue par la fondation Albert de Monaco, l’association The SeaCleanerscréée en 2016, s’est fixée des objectifs qui s’articulent autour de quatre axes :AGIR EN MER pour collecter les macro-déchets plastiques dans les zones de forte densité. OBSERVER ET APPRENDRE pour recueillir des données scientifiques. Toutes les collectes seront géolocalisées, quantifiées et qualifiées par les équipes scientifiques du bord. Ces données seront partagées en Open Data pour enrichir les bases de données de la communauté internationale. ÉDUQUER et PRÉVENIR pour sensibiliser les générations futures : Le MANTA sera un formidable vecteur pédagogique à lui seul. Ses actions, ses missions, ses résultats serviront à alimenter des contenus et/ou à créer des outils et des actions d’information et de sensibilisation pour la préservation des océans contre la pollution plastique, en particulier à destination des plus jeunes. DYNAMISER L’ÉCONOMIE locale et circulaire : Les plastiques collectés constitueront la base d’une dynamique d’économie locale et circulaire. Pointer le gaspillage, créer et favoriser des initiatives entrepreneuriales dans le recyclage, la revalorisation ou la réutilisation de la matière plastique sont des leviers économiques porteurs pour le développement.

 

La Manta, pourquoi ce choix ?

Le logo de l’association, le projet et le nom du bateau ‘‘filtreur d’eau’’ s’inspirent directement de la raie Manta, un animal marin extraordinaire, à la fois par sa puissance, sa beauté et sa capacité à se nourrir en filtrant l’eau pour y trouver le plancton. Dans la culture polynésienne, ce géant des mers fait partie des symboles les plus forts. Il est le protecteur des hommes, incarne la liberté et la sagesse de la force tranquille au service des causes et des actions justes. C’est la philosophie dans laquelle s’inscrit l’ensemble des hommes et des actions de l’association The Sea Cleanerset plus particulièrement dans la lutte pour la réduction de la pollution des milieux marins par les déchets plastiques.

Un projet pour la protection du monde marin d’une grande envergure, qui, dès 2021 pourra vous embarquer comme éco-volontaire dans l’usine de recyclage au coeur du plus grand et innovant multicoque au monde !

En attendant, vous pouvez d’ores et déjà être bénévole The SeaCleanerset participer à de nombreuses actions de sensibilisation dans votre région. Pas besoin d’avoir le mal de mer pour vous investir dans de belles actions ! Aussi, nous aurons la chance de voir la maquette du Manta à Maker Faire Paris, qui se déroulera à la Cité des sciences et de l’industrie du 22 au 24 novembre prochain !

 

Plus d’informations sur leur site : www.theseacleaners.org et sur leur page Facebook.

Rédigé par Cécile Ravaux